AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez|

Bienvenue dans notre antre, en quoi pouv- et oh nan mais tu dégages ouais ! (Furu)

avatar
Jezebel Noah
776
Sagittaire

Feuille de Personnage
Maîtrise des Pouvoirs:
85/100  (85/100)
Première Impression Donnée:
Relations:
http://fantastica.forumactif.org/
MessageSujet: Bienvenue dans notre antre, en quoi pouv- et oh nan mais tu dégages ouais ! (Furu) Ven 5 Déc - 6:46

Mission accomplie.
Jezebel regardait froidement le territoire, la mine sombre. Ils avaient ramenés les documents à Furu, s'étaient battus contre des femmes et des enfants décharnés... Eh bien ? En quoi cela allait-il les changer ? Un pas de plus vers la monstruosité.
Ils n'en étaient pas à ça près. Des enfants, ils en avaient tués des milliers durant la grande guerre ! Leurs visages ne les avaient jamais hantés, même au plus profond de la nuit. Jamais ils n'avaient éprouvés le moindre regret lorsqu'ils croyaient leur cause juste... Et la mort de Milah... avait été justifiée.
Un mensonge que tout cela !

Ils avançaient en direction de la tanière où ils avaient élus domicile, bien loin des réalités de ce monde. Avec le temps, au fil des pertes, ils s'étaient retirés en ermitage et étaient devenus ce "un" qu'ils chérissaient. Ils étaient redevenus ce qu'ils avaient toujours été, cette seule et même personne.
Et, blottis l'un contre l'autre au sein de cette chair artificielle, ils se consolaient mutuellement.

S'assoir, s'allonger. Se reposer un instant tout en ignorant les cris des combattants et les pleurs des villageois. Ignorer que, dans ce monde, ils n'avaient servis à rien. Tout d'abord pantins d'une guerre, puis marionnettes d'une autre, ils n'avaient jamais sû choisir leur camp entre Yōkai et Humains. S'il l'un avait été leur famille, leurs atrocités respectives les avaient totalement désillusionnés. Ils avaient rêvés d'un monde où le bien gagnerait.
Mais si le bien n'existe pas, ce rêve s'écroule.

Et ils haïssaient tous ces gens, si inutiles, avec une ferveur passionnée. Qu'avait donc fait ces êtres de chair et de sang pour eux ? Ils leur avaient prit la seule personne qui s'était montrée capable de se rapprocher d'eux, de comprendre ce lien les unissant sans chercher à le détruire.
Et elle leur manquait.
Milah, la jeune nécromancienne, n'avait jamais cessé d'habiter leurs souvenirs, même sept siècles après sa disparition. Leur main se serra autour d'une bribe déchue d'un rêve oubliée. Ils tentaient de rattraper ce visage qui s'effaçait dans l'oubli.
C'est sa mise à mort qui leur avait fait réaliser à quel point ces derniers avaient fait fausse route. Les Noah, leur famille... A quoi bon une famille si elle exécute ses propres membres ? Non, les "Noah" étaient un mensonge. Une assemblée de Démons fantasques souhaitant régner sur le monde...
Leur souhait, anéanti, il était naturel que cette famille se dissout, entrainant partialement chaque illusion toujours nichée au coin de leur cœur.

S'ils étaient restés parmi les leurs, peut-être l'histoire aurait-elle été différente. S'ils n'avaient pas tentés de détruire cette famille, s'ils n'avaient pas encouragé l'Exterminatrice, peut-être se réveilleraient-ils le matin dans cette chambre décoré par leurs soins, et, un sourire apaisé aux lèvres, viendraient-ils prendre leur petit déjeuner dans l'immense salle commune.

Le froid du lieu leur rappelait ce qu'ils avaient perdus. L'amour éprouvé envers Maëlle, la douceur de ses lèvres alors qu'ils y forçaient un sanglant baiser... La jeune femme réticente à leur affection, ils n'avaient sû comment gérer cette incompréhension.
Ils l'avaient longtemps regretter. Voir ainsi la haine sur son visage, les sanglots dans ses yeux, cela avait été la chose la plus difficile qu'ils aient eu à faire.
Qu'est-ce qu'ils détestaient les femmes !

Ces créatures, sublimes, et pourtant si fragiles ! Il suffisait de souffler dessus pour qu'une femme vienne à rendre l'âme. Aussi n'avaient-ils plus aimé personne sinon Milah et Maëlle. Ces deux femmes, à leur manière, avait sû percer à jour quelque chose chez eux que personne d'autre n'avait connu. Et sans doute n'aimeraient-ils plus jamais.
Jezabel se serra un peu plus contre Bonnie.

Après tout, ils s'avaient l'un l'autre ! Quel besoin d'une pleurnicheuse pour les coller, hein ?
avatar
Furu Sakine
774
Scorpion

Feuille de Personnage
Maîtrise des Pouvoirs:
80/100  (80/100)
Première Impression Donnée:
Relations:
MessageSujet: Re: Bienvenue dans notre antre, en quoi pouv- et oh nan mais tu dégages ouais ! (Furu) Ven 5 Déc - 14:54

La neige tombait doucement, mélodieusement sur le sol. Bercée par la douce mélopée, j'avançais pas à pas. L'esprit se cherchait apaisé, mais ne le pouvait car les souvenirs d'autrefois surgissaient, involontairement, prenant le paysage blanc comme canvas, comme s'il s'était agit d'une feuille de papier où se traçaient les dessins de cette vie.
Mon passé ressurgissait alors que je me rapprochais du lieu dit. Le péché originel, l'abandon familiale... Et moi, pauvre Abel, perdue et orpheline dans ces environs hostiles. Comment aurais-je pu un jour leur pardonner ? Moi qui croyait en eux, dont la confiance aveugle obstrua si longtemps le jugement... Bercée par l'illusion d'une protection, j'avais fini par ressentir la trahison de manière plus intense. Cela avait commencé naïvement, par une question récurrente... Pourquoï n'étaient-ils pas venus me retrouver ? Ces parents délaissant leur petite fille, l'avaient-ils oubliés ? Qu'avais-je donc fait pour mériter un tel sort, sinon m'avanturer, par une nuit sordide, un peu trop loin de la maison ?

Puis ils étaient arrivés eux, les Démons en qui j'espérais. Rapidement, tout s'est enchaîné. Une douleur dans le ventre, du sang s'envolant... Ils voulaient... me tuer ?
Mais... N'étaient-ils pas ? Ne faisaient-ils pas ?
Pourquoi ?

Quelle horreur lorsqu'il s'agit de comprendre que ma propre famille souhaitait ma mort. A ce moment-là, abattue, je cherchais alliés et fut touchée de plein fouet par la trahison de la perfide Estelle.
La très jeune fille, ma cousine, disparue. D'abord décontenancée, d'abord inquiète, je cherchais raison à ce fait... Puis des événements étranges commençaient à se produire autour de moi. Des gens appréciés devenaient ennemis, les regards changeaient... Une attaque... Deux...
Paniquée, je courus me réfugier dans ma chambre où se trouvait une surprise fort désagréable... La petite peste, les cheveux teint en rouge, habillée de mes propres habits, me fixait de son air narquois...

<< Tu n'es pas moi !! >>

Et elle ne le sera jamais. Trop méchante, trop cruelle... Une créature sans âme, et sans la moindre humanité. Estelle devint ma peur, ma phobie, cette chose que je croise dans le noir, lorsqu'il arrive qu'une glace se trouve sur mon chemin. Je la voyais partout et elle l'était ! M'usurpant, me détruisant.
Mon premier meurtre.

Une aiguille enfoncée dans la gorge, Estelle Sakine s'effondra net dans un gargarisme désagréable. Je restais, tremblante, face à cet acte que je n'aurais jamais pensé commettre. Ce reflet que je venais d'éliminer...
Plus rien, désormais, ne pouvais me ressembler, si tant est que j'avais tué ma cousine chérie. Et le monde se tâcha de sang.
Il me fallut des années pour oublier cette histoire. J'en souffre encore.
Mais enfin, elle ne m'avait pas laissé d'autres choix.

Et évidemment, la colère des Noah se fit ressentir. Car je venais de détruire l'une des leurs, je devenais l'ennemie à abattre. Et alors que les combats s'enchainaient, je me retrouvais subitement au dernier rang. Kuruta, Raichu et Kururo se disputaient l'honneur d'exterminer la famille dissidente, et moi, pauvre incapable, je restais derrière, et priais pour que rien ne leur arrive. Je ne m'étais jamais sentie aussi impuissante qu'à ce moment.
Lorsque tout semblait perdu vint un miracle. Visiblement, un traître chez l'ennemi frappait si fort et si bien que les Noah se retrouvèrent bien vite obligés de cesser leur quête de vengeance pour tenter de survivre à l'assaut

La victoire fut si aisée que je ne m'étais pas préparée à la confrontation finale. Revoir mes parents, leur dire en face à quel point je les haïssais pour tout ce qui fut fait contre moi...

Et nous voilà nous, pauvres imbéciles survivants de cette guerre datant d'il y a des siècles et des siècles. Le monde a bien changé... Pour le pire. Mais je me suis faite à ces atrocités, je me suis faite à l'idée que plus jamais ceux qui m'ont quitté ne reviendront... Dieu a une place pour les bienfaisants à ses côtés.

Avançant dans la neige, les derniers pas furent les plus pénibles. J'arrivais jusque dans une sorte de grotte, sombre, où je les trouvais lorsqu'il fallait leur demander service. J'utilisais les Jasdavid. N'avaient-ils pas essayés de me tuer, il y a si longtemps ? Rien n'effacera jamais cette dette qu'ils ont envers moi.
Mais si la douleur ne s'efface pas, la haine, elle, s'en va, balayée par une marée de vieux sentiments.

- Hé, vous n'en avez pas marre de jouer les exilés ? dis-je à mi-voix, me rapprochant du corps que je discernais dans la pénombre. C'est triste, de rester dans un endroit si peu accueillant...




" Tu es ma lourde chaîne d'étoiles
Je pourrais devenir le mal personnifié si tu le désires
Je me fiche de ce qu'il arrivera désormais, mon cœur
Tant que je peux voir à nouveau ton doux sourire
"
avatar
Jezebel Noah
776
Sagittaire

Feuille de Personnage
Maîtrise des Pouvoirs:
85/100  (85/100)
Première Impression Donnée:
Relations:
http://fantastica.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Bienvenue dans notre antre, en quoi pouv- et oh nan mais tu dégages ouais ! (Furu) Ven 5 Déc - 16:49

Adossés contre une paroi froide, leurs pensées défilaient. Depuis très longtemps désormais, s'ennuyer était devenu une seconde nature chez eux. Lorsque le malaise devenait trop fort, ils se créaient une épée, et sortaient de leur tanière en direction du premier champ de bataille venu. Là ils commettaient carnages sur carnages avant de finalement retourner s'adosser contre cette même paroi. La vie était devenue insipide, et, à vrai dire, ils n'avaient pas forcément envie que cela change.
Quel intérêt y avait-il à parler à d'autres personnes ? Faire d'autres activités ? Les gens rencontrés crèvent, ou vous trahissent, et donc ne méritent pas que l'on perde leur temps pour eux. Même voyager était inutile tant ils connaissaient alors par cœur chaque recoins de cette planète.

- Hé, vous n'en avez pas marre de jouer les exilés ? C'est triste, de rester dans un endroit si peu accueillant...

Sursaut, regard noir. Ils l'avaient entendu rentrer. C'est impossible qu'elle ait pu rentrer sans qu'ils ne s'en rendent compte. Ils ont juste... Fait semblant de l'ignorer, voilà, c'est ça... Fait chier, depuis quand cette gamine est-elle devenue si puissante ?

- Nous ne t'avons pas autorisé à entrer. Dirent-ils d'une voix éteinte, se relevant pour faire face à l'adversaire. Les articulations, bien que démoniaques, se trouvaient rouillées et il eut bien du mal à se déployer de toute sa stature pour dominer d'une bonne tête l'imposante Furu Sakine. Qu'est-ce qu'il y a, encore ?! T'as besoin de nous pour faire tes courses ?! Casses-toi ! T'es chez nous ici !! ..A moins qu'elle voulait l'affrontement ? Oui, c'était une bonne manière de mettre fin à cette soumission une bonne fois pour toutes. Elle leur en voulait de l'avoir attaquée ? La belle affaire ! Du temps des Noah, si tu trahissais la famille, tu mourrais ! Et pour rien au monde ils n'auraient épargnée cette gamine pleurnicharde au sacrifice du seul endroit où ils se sentaient chez eux.
avatar
Furu Sakine
774
Scorpion

Feuille de Personnage
Maîtrise des Pouvoirs:
80/100  (80/100)
Première Impression Donnée:
Relations:
MessageSujet: Re: Bienvenue dans notre antre, en quoi pouv- et oh nan mais tu dégages ouais ! (Furu) Ven 5 Déc - 19:11

Pauvres êtres, fondu dans ce corps décharné et épuisé. Fallait-il être sans cœur pour se montrer méchante face aux siens.
J'avais certes, participé à la déchéance de mes aïeuls, mais jamais je n'avais fait de mal à la famille que j'avais par la suite rebâtie avec peine. Cette Famille Parfaite, là pour remplacer celle qui m'avait rejetée... Elle était mon trésor, ma raison d'être, et ce qui m'empêchait de basculer vers la folie... Et les Jasdavid en faisaient en quelque sorte partie.

- Nous ne t'avons pas autorisé à entrer.
- Je m'en suis accordée la permission... C'est vrai.

Je n'avais pas flanché en disant cela. Ils ne me faisaient plus vraiment peur... La seule chose qui pouvait bien me blesser de leurs part auraient étés quelques insultes bien placées... Mais trop directs, trop impulsifs, ils étaient incapables de penser à des propos vraiment blessants. Tant mieux pour moi, dirons-nous.

- Qu'est-ce qu'il y a, encore ?! T'as besoin de nous pour faire tes courses ?! Casses-toi ! T'es chez nous ici !!
- Pas vraiment... A vrai dire, je voudrais vous inviter un peu à l'Orphelinat. S'il fait froid dehors, c'est vrai qu'on a également besoin de vous là-bas... Vous savez, les cadeaux c'est pas emballés en cinq secondes...

Si quelques télékinésistes aidaient bien, au vu du nombre d'orphelins, nous n'aurions pas vraiment finis à temps. Je sais que cela peut paraître quelque peu cliché, mais j'avais besoin des Jasdavid pour 'sauver noël'.
Puis je voulais également leur changer les idées. Je n'étais pas trop partante à l'idée de les utiliser, et je savais que c'est exactement ce qu'ils pensaient de moi... Du coup, si sourire un peu et discuter gentiment pouvait les changer un petit peu... C'est tout ce que je demande, hein ! Après tout, mon but a toujours été le bien être des personnes m'entourant. Et ce même lorsque je me suis rendue compte que je ne pourrais pas sauver le monde... J'ai juste réduit à une plus petite échelle mon champ d'action ! Haha... Je n'apparais pas trop confuse au moins ?
De toute manière, je suis toujours confuse. Dans ma tête, c'est le bazar. Des tonnes et des tonnes d'idées qui passent si vite... Puis je dois dire que bon, hein, le temps ne m'a pas aidé à devenir plus posée...

- Du coup il y aura du chocolat chaud et ce genre de choses... Il y a bien un nom de bonbons ou de gâteaux qui pourrait vous intéresser, non ?

Vouvoyer les Jasdavid reste encombrant. Mais pour les avoir connus à une époque où ils étaient bien 'deux', je pouvais facilement imaginer que je parlais à l'un et à l'autre. J'aurais cependant été plus à l'aise si j'avais eu les deux en face de moi... Comme quand j'étais enfant.




" Tu es ma lourde chaîne d'étoiles
Je pourrais devenir le mal personnifié si tu le désires
Je me fiche de ce qu'il arrivera désormais, mon cœur
Tant que je peux voir à nouveau ton doux sourire
"
avatar
Jezebel Noah
776
Sagittaire

Feuille de Personnage
Maîtrise des Pouvoirs:
85/100  (85/100)
Première Impression Donnée:
Relations:
http://fantastica.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Bienvenue dans notre antre, en quoi pouv- et oh nan mais tu dégages ouais ! (Furu) Ven 5 Déc - 22:43

La fugace sensation de leurs mains parcourant le corps de la jeune ange. Son parfum, si proche d'eux. Et David de frissonner. Il la voulait ! Il l'avait toujours voulu ! Cette adorable jeune fille, au regard si pur ! Cette créature qui les complétait parfaitement. Il la leur fallait... Pour eux, rien que pour eux.
Et alors qu'ils la tenaient fermement, ils brisèrent à jamais la raison de la pauvre enfant.

Un cri, un gémissement. Puis une succession de pleurs. Secoués, ils se retiraient de la délicieuse adolescente. Pourquoi... Ces larmes sur un aussi beau visage ? Une main artificielle passa sur les joues baignées de Maeko. De la peur se lu dans les yeux des garçons. Non... Ils n'avaient pas osés...

- Monstres... -

Pas elle.
Comment osait-elle les juger ?!
N'était-ce pas une erreur ? Mais comment réparer- non ! Ils n'avaient pas à réparer cela ! Ils étaient les Jasdavid ! Ils étaient les Démons les plus puissants de ce lycée !
Et jamais ils n'auraient à s'excuser.

Ils n'eurent pas à s'excuser.
Maeko morte, les Jasdavid sombrèrent.

Restait-il quelque chose de cette fugace période qui les avait ouverts au monde extérieur ? Une bribe d'un rire éclaté ? Un sourire dissimulé ?
Plus soudés que jamais, ils décidèrent qu'à part eux, plus rien ne comptait. Il n'y aurait plus de Maeko, il n'y aurait plus de Miranda.

Et surtout pas de Furu.
Avec son caractère maladroit et ces faux-airs gentils, elle leur rappelait douloureusement leur congénère disparue. Ils lui en voulaient pour ça.

- Je m'en suis accordée la permission... C'est vrai.

Haïssable créature à l'air innocent. Pécheresse immonde tellement hypocrite... Devaient-ils la subir jusqu'à leur mort ? Qu'elle leur rappelle à jamais les erreurs commises ?

- Pas vraiment... A vrai dire, je voudrais vous inviter un peu à l'Orphelinat. S'il fait froid dehors, c'est vrai qu'on a également besoin de vous là-bas... Vous savez, les cadeaux c'est pas emballés en cinq secondes...

Un rictus moqueur, un rire sifflant le mépris entre les dents. Lui faire comprendre qu'elle doit partir, que ses propos ne signifieront rien de toute façon. La faire détaler de peur de souffrir bien trop.
Des paroles insensées, là uniquement pour rappeler qu'ils lui devaient quelque chose depuis ce jour où ils n'avaient pas hésité à transpercer l'hybride, ne serait-ce que pour un peu de reconnaissance de la part de Lullubell.
Ils ne l'aimeront jamais, pas plus qu'ils ne pourront la supporter. Cette fille trimbalant avec elle chaque désillusion vécue.

- Du coup il y aura du chocolat chaud et ce genre de choses... Il y a bien un nom de bonbons ou de gâteaux qui pourrait vous intéresser, non ?

Ils levaient un regard chargé de haine vers la Barbare.

- Et si tu te barrais tout simplement d'ici ? D'où t'as cru qu'on t'aiderait à chouchouter des pisseurs ? Tu nous as pris pour une nourrice ?! Ils se rassirent par terre, en tailleur, déterminés à ce qu'elle abandonne après de tels propos. On revient de l'autre continent pour te ramener d'la paperasse et tu nous demandes de jouer les pères noëls ?! Et t'en as fait quoi de ces saloperies de documents, hein ? On peut le savoir ou ça s'rait trop demandé pour de simples coursiers ?! La curiosité venait de l'emporter sur leur résolution. Dépité, ils laissaient la faille s'étendre. Bon, elle allait rester quoi ? Une vingtaine de secondes supplémentaires ? Le temps de dire qu'elle les avait accrochés dans sa pièce idiote, et elle se barrerait. ...Ce qu'elle ferait mieux de faire assez vite, ils risqueraient bien de s'énerver dans le cas contraire.
avatar
Furu Sakine
774
Scorpion

Feuille de Personnage
Maîtrise des Pouvoirs:
80/100  (80/100)
Première Impression Donnée:
Relations:
MessageSujet: Re: Bienvenue dans notre antre, en quoi pouv- et oh nan mais tu dégages ouais ! (Furu) Sam 6 Déc - 20:03

- Et si tu te barrais tout simplement d'ici ? D'où t'as cru qu'on t'aiderait à chouchouter des pisseurs ? Tu nous as pris pour une nourrice ?!
- Me détester ne vous fera pas aller mieux. Répondis-je froidement, blessée. Je n'étais pas leur défouloir et hors de question de me laisser agresser sans réagir. Si je ne pouvais pas les attaquer ou même imaginer me battre contre eux, j'avais assez d'estime de ma personne pour me défendre verbalement.
- On revient de l'autre continent pour te ramener d'la paperasse et tu nous demandes de jouer les pères noëls ?! Et t'en as fait quoi de ces saloperies de documents, hein ? On peut le savoir ou ça s'rait trop demandé pour de simples coursiers ?!
- Je suis désolée que vous l'ayez pris comme ça... Je souhaitais juste vous changer les idées. Quant aux documents... Ils ont étés confiés à l'hôpital Noah pour que ce dernier gagne un peu en notoriété... Il permettra de soigner certaines expériences de ces affreux laboratoires... Je leur tendais la main... littéralement. S'il vous plait, faites un effort ! Je ne peux pas continuer à essayer toute seule d'améliorer notre relation... Ça ne marchera pas que dans un sens !

Depuis désormais huit siècles, j'essayais d'apaiser la rancœur qui rongeait ces deux garçons. Et cela m'épuisait de toujours voir mes efforts vains, inutiles. Je me trouvais stupide d'essayer encore... Mais si je ne le faisais pas, qui le ferait ? J'étais, je le supposais, la seule personne à qui ces derniers daignaient encore parler.

- Vous avez toujours eu quelque chose contre moi... N'est-ce pas ? Pourquoï ? Qu'est-ce que j'ai bien pu vous faire... Retirant ma main, je m'accroupis à leur hauteur et les fixais droit dans les yeux... Il fallait que je sache. Même si cela me blessait, me déchirait toute entière. Une faute commise ? Une maladresse oubliée ? Que sais-je ! Mais il me semblait que jamais je n'avais été appréciés de ceux que la famille nous avaient imposés comme des parrains. Leur rôle de protecteur avait toujours fait défaut, tout autant que l'idée même qu'ils aient pu, un jour où l'autre, me considérer de leur famille... Peut-être était-ce mon visage même qui les gênait ou je ne sais quoi... Mais je les connaissais presque gentils, capable d'affection. Je le sais, je l'ai lu dans ce journal intime... Cette fille qui l'a écrit, ils l'aimaient bien pourtant ! Alors quoi ? Qu'est-ce qu'avait cette fille que je n'ai jamais eu ? Elle était belle ? Intelligente ? Adroite ? Parfaite ?
J'étais prête à entendre tout et n'importe quoï mais l'angoisse me créait un nœud dans l'estomac. Je savais pourtant que s'ils me répondaient enfin, je serais soulagée d'un terrible fardeau. Une sensation, cruelle, de n'avoir jamais été à la hauteur de leur gentillesse, capable de la susciter...




" Tu es ma lourde chaîne d'étoiles
Je pourrais devenir le mal personnifié si tu le désires
Je me fiche de ce qu'il arrivera désormais, mon cœur
Tant que je peux voir à nouveau ton doux sourire
"
avatar
Jezebel Noah
776
Sagittaire

Feuille de Personnage
Maîtrise des Pouvoirs:
85/100  (85/100)
Première Impression Donnée:
Relations:
http://fantastica.forumactif.org/
MessageSujet: Re: Bienvenue dans notre antre, en quoi pouv- et oh nan mais tu dégages ouais ! (Furu) Sam 6 Déc - 20:24

- Je suis désolée que vous l'ayez pris comme ça... Je souhaitais juste vous changer les idées. Quant aux documents... Ils ont étés confiés à l'hôpital Noah pour que ce dernier gagne un peu en notoriété... Il permettra de soigner certaines expériences de ces affreux laboratoires... S'il vous plait, faites un effort ! Je ne peux pas continuer à essayer toute seule d'améliorer notre relation... Ça ne marchera pas que dans un sens !

Ils regardèrent quelques instants cette main tendue. Qu'avait-elle donc en tête sinon les torturer ? Eux, amis ? Soit elle avait perdue la tête, soit elle se foutait totalement de leur gueule ! Jamais ils ne le seraient ! Sa sale tronche leur donnait la nausée ! Elle n'avait tout simplement rien à faire près d'eux. Ils étaient bien trop différents.
Ils détournèrent le regard. Elle faisait pitié.

Pauvre cruche.

- Vous avez toujours eu quelque chose contre moi... N'est-ce pas ? Pourquoï ? Qu'est-ce que j'ai bien pu vous faire...

Nouveau rictus, celui-ci pour se défendre, se protéger d'une douleur qui ne cessait d'enfler, de suffoquer l'être entier.

- Tu veux vraiment le savoir ? car il y avait une raison à toute cette haine, un point d'origine. Et ça n'était pas l'agaçant caractère de la sale petite hérissonne qui était à l'origine d'une telle situation... Non, c'était... C'est juste car tu es en vie.

Quelques mots, si courts, qui signifiaient tant... Pourquoi elle, et pas celles qui auraient dû vivre ? Celle qu'il avait fallut perdre ? Pourquoi la pauvre petite incapable avait survécu, celle qui ne savait faire deux pas sans tomber ? Pourquoi avaient-ils dû lutter pour chaque putains de jours que cette vie leur avait jeté et se retrouvaient désormais privés de tout, alors qu'elle, qui avait grandit dans un panier moelleux... Elle, à sourire et rire, avec sa foutue 'famille', et ses rengaines énervantes... Toujours les mêmes paroles puant la charité... La vérité ? C'était elle qui les prenait en pitié depuis toujours.
Ces pauvres jumeaux tout piteux qui s'étaient retrouvés broyés par un monde trop cruel, hein ?

Et ils la détestaient pour ça, au point que sa présence leur faisait honte. Le simple fait qu'elle puisse exister, respirer, leur rappelait à quel point ils étaient misérables avec leur peine et leurs regrets.
avatar
Furu Sakine
774
Scorpion

Feuille de Personnage
Maîtrise des Pouvoirs:
80/100  (80/100)
Première Impression Donnée:
Relations:
MessageSujet: Re: Bienvenue dans notre antre, en quoi pouv- et oh nan mais tu dégages ouais ! (Furu) Sam 13 Déc - 8:58

- Tu veux vraiment le savoir ? C'est juste car tu es en vie.

Ma main voltigeant à travers les airs, frappant de plein fouet une joue aussi solide que de la pierre. Je me fis mal, je ne le montrais pas. Les yeux humides, hors de moi, je me mis à leur crier dessus...

- Imbéciles ! Croyez-vous sérieusement que vous êtes les seuls à souffrir de cette guerre ?! J'ai perdu mon frère ! Et croyez-moi, je vous aurais sacrifiés volontier pour le sauver si j'avais pu ! Vous savez ce que ça fait de perdre sa famille, hein ?! Pensiez-vous que je n'avais pas perdu la mienne ?! Que mes parents n'étaient pas partis depuis bien trop longtemps ?! J'ai jamais rejeté la faute sur vous et vous... Crétins, vous osez me faire la gueule pour une raison aussi débile ?! C'est moi qui l'ait déclenchée cette guerre peut-être ?! Ou les Noah, avec leur folie du pouvoir ? Hein ?!

Je tremblais, mes nerfs éprouvés. Comment osaient-ils me faire ce mal, moi qui les avais toujours soutenus ? Je n'y étais pour rien, moi, si cette < Mila > était morte ! Je ne l'ai même pas connue !

- Vous n'avancerez pas en pleurant les âmes du passé. Vous allez devenir froids, et vous allez devenir stupides... Si ça n'est déjà pas trop tard. Il faut sourire, relever la tête et continuer à avancer, sinon vous les décevrez tous. Ils croyaient en vous... et tout ce que mes yeux me donnent à voir est une loque désespérée.

Les blessures d'autrefois heurtaient ma poitrine, déchirant de leurs lames effilées ce qui restait de ma sanité. Chaque souvenir trop heureux me retournait le corps de l'intérieur, m'arrachait des cris éhontés de souffrance. Ces jours amusés, avec Shin et Kuruta, qui ne reviendront plus... Ces années passées dans l'innocence du foyer parental... Estelle.
J'aurais pu tomber à genoux, j'aurais pu me rouler en boule et pleurer, pour ne plus avoir à me relever. J'aurais pu me noyer dans ces atroces souvenirs qui avaient étés bien trop souvent ma vie, ma raison d'être. Alors j'ai décidé de croire que de l'au-delà, 'ils' m'entendaient. 'Ils' étaient là et ils me pardonnaient... Ces âmes bienveillantes maintenant et pourtant perdues, me veillaient.
Et c'est ça qui me faisait avancer. L'espoir qu'un jour je les rejoindrais, loin de ce monde horrible qui vous prends tout ce que vous avez.
Mais l'histoire ne doit pas s'arrêter là. D'autres gens ont besoin de moi. Et mes parents, et Shin et Kuruta, ils ne sont pas ma seule famille. Si j'oublie ceux qui sont là pour moi cette nuit, je ne vaudrais pas mieux que ceux qui m'ont abandonnée.




" Tu es ma lourde chaîne d'étoiles
Je pourrais devenir le mal personnifié si tu le désires
Je me fiche de ce qu'il arrivera désormais, mon cœur
Tant que je peux voir à nouveau ton doux sourire
"
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Bienvenue dans notre antre, en quoi pouv- et oh nan mais tu dégages ouais ! (Furu)

Bienvenue dans notre antre, en quoi pouv- et oh nan mais tu dégages ouais ! (Furu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bienvenue dans ma boutique!
» Bienvenue dans ton nouveau chez toi! [Privé Calendina Nakori et Sora Kujo]
» Quelqu'un faussement oublié reste toujours dans notre cœur [ PV : SANI ! ]
» Bienvenue dans la cour des grands ~
» Evenement de Raid - Dans l'antre d'Ifrit - du 17/03 au 31/03

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Sanada :: L'Extérieur :: Ruines-