AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez|

C'est vraiment calme, la nuit. Trop calme. [PV ZUNE]

avatar
Kester Torrance

Feuille de Personnage
Maîtrise des Pouvoirs:
10/100  (10/100)
Première Impression Donnée:
Relations:
MessageSujet: C'est vraiment calme, la nuit. Trop calme. [PV ZUNE] Dim 6 Juil - 19:49

Pourquoi... ? Merde... Ce n'est pas le moment de me soucier de ça... ! J'ai envie de lire ce livre. Il est peut-être 1h passée, mais le sommeil ne daigne pas s'approcher, me laissant avec une envie de lire irrépressible. Seulement, j'ai eu sport aujourd'hui. J'ai donc pris mon bouquin pour m'occuper, après avoir expliqué au prof que je me sentais fiévreux. C'était un mensonge, je n'avais simplement pas envie de faire de la piscine. Pas envie de faire du sport tout court, en fait. C'est bien la pire matière, je ne comprends pas pourquoi elle est obligée. En plus, on voit bien qui sont les gros bourrins, ceux qui ne font pas attention aux personnes qui galèrent derrière... Je suis content d'avoir mes livres pour combler l'ennui que déclenche ce cours ! La bêtise que j'ai commis en l'oubliant dans les vestiaires est énorme. Si on me le vole ? Si je ne le retrouve jamais ? J'ai dépensé de l'argent pour l'avoir, l'idée de le perdre m'agace terriblement. Je m'attache sûrement trop à de simples feuilles de papier.

Les minutes passent alors que je suis tiraillé entre deux choix. Lutter pour faire venir le sommeil, ou bouger pour récupérer mon bien. Sachant que si je pars à la recherche de mon livre, ça ne se fera pas sans frayeurs. Je frissonne rien qu'à penser aux couloirs sombres... Aaah, c'est trop flippant ! Pourtant, je dois me montrer à la hauteur de la lecture qui m'attend au bout. C'est complètement stupide, de penser ça... Jamais je ne pourrais me déplacer dans la nuit avec assurance (paradoxale quant au fait que je manie les ombres). Ou alors, dans un futur tellement lointain que je n'arrive pas à y songer. Demain, je le retrouverai ! Ce n'est pas une chose sûre... Peu importe la façon dont j'étudie la situation, je ne vois aucune autre issue possible. Je dois sortir, affronter l'obscurité envahissante et les bruits terrifiants de la nuit... C'est le changement d'atmosphère entre cet établissement et la maison des catins qui m'empêche de dormir, je pense. En ce qui concerne ma façon de psychoter, elle n'est pas atténuer.

Je respire profondément avant de me lever, saisissant les habits nécessaires pour sortir. Ne pas réfléchir, ne pas réfléchir... Mes lunettes ! Je suis paré. Pas de réflexions... Je suis dehors ! Je me motive en me disant qu'un pas en arrière n'est plus possible. Je suis obligé d'avancer, d'aller vers la piscine. Je rase les murs lors de ma progression, tétanisé au moindre bruit. Pire, je me cache dans l'encadrement des portes lorsque le vent siffle. Je stoppe mes actions inutiles après m'être rendu compte de la nature du bruit, évidemment... Quoiqu'il en soit, je n'arrive pas rapidement à l'endroit voulu. Je ne trouverai personne, n'est-ce pas ? La piscine est déserte, calme... C'est tellement angoissant ! L'eau lisse laisse supposer que quelqu'un pourrait en sortir à tout instant, ou pire, que si l'on plonge, on ne pourra plus jamais en sortir. On peut imaginer une multitude de chose horribles. Cependant, la tentation d'aller toucher l'eau ne me laisse pas indifférent. Je le fais prestement.

Je secoue la main pour me débarrasser de l'eau froide, pressé de retrouver l'objet qui justifie ma présence ici. Je le récupère, et je cours comme un malade jusqu'à mon lit. Plan parfait, sans aucune ombre au tableau. C'était sans compter le bruit qui me fait grandement sursauter, interrompant mes pensées. Je ne suis pas seul ? Oh non... Oh non... Je vais mourir. Ça fait trop peur ! Je m'éloigne presque en courant de l'eau pour observer la piscine. Quelqu'un est là, y'a quelqu'un, je suis accompagné... Je reprends ma respiration, enfin conscient de son arrêt il y a peu. Ça m'énerve, je n'arrive pas à m'arrêter de trembler. La personne, c'est un vampire ?

« Q-qu... C'est qui ?? »

Même s'il s'agit du plus insignifiant des êtres, je ne serais pas contre l'idée de me défendre. Problème, je n'ai qu'un ciseau dans la poche, outil se révélant pratique pour laisser libre cours à certaines envies de destruction. Je n'ai pas le cran de l'utiliser, ni de le sortir de ma poche.

« Je... Je suis armé ! »

J'ai seulement le courage d'y faire mention, bien que ce soit inutile.
avatar
Zune De Laudreuil
353
Scorpion

Feuille de Personnage
Maîtrise des Pouvoirs:
75/100  (75/100)
Première Impression Donnée:
Relations:
MessageSujet: Re: C'est vraiment calme, la nuit. Trop calme. [PV ZUNE] Dim 6 Juil - 20:52

Bouh!
Rosaire, Rosaire, Rosaire... Qu'est-ce que je kiff ce coin ! Enfin un endroit pas trop compliqué, baignant dans la merde universelle sans qu'une race soit plus désavantagée qu'une autre. Bon, pour être franche, j'en fais un peu trop. Ce lieu, là, où j'ai grandi et évolué, ça n'est pas fait pour moi.
Sanada était censé être mon éducation. J'étais censée, d'après les divagations de ma vieille, y avoir été internée à l'âge raisonnable de quatorze ans. Manque de pot, à douze ans, bimboum j'me suis faite carbonisée la tronche et j'ai été prise de court, embarquée dans un cirque de monstres.
Une centaine d'années plus tard, j'en suis sortie un peu déglinguée et sans éducation. J'y retourne donc, parfois, bercée par l'idée de rattraper ainsi des années de retard. Mon corps, figé dans une éternelle immortalité, me permet d'une manière surprenante, de me fondre dans la masse des mioches. Alors que ma jumelle serait passé sans équivoque pour une professeur, moi, avec mon air de sauvageonne débraillée, je passe pour une gamine.
Tss.

Ce coin, j'aurais très bien pu le faire mien. J'aime faire les lieux miens. J'aurais instauré la terreur dans chaque allée du lycée et me serait démenée pour y être acclamée comme une reine. ...C'était sans compter sur la cousine Nataku, qui avait décidé que je ne mettrais pas un pas sur ces vieux planchers moisis sans être surveillée comme une terroriste. Bon, elle a raison sur ce point, mais quand même !
Ayant réussi à semer l'espionne de service qui, épuisée je le crois, avait dû s'endormir comme une masse dans un recoin des couloirs, j'étais partie faire mes mefaits quotidiens.

Entre temps, la nuit était tombée sur l'établissement, chose qui n'était véritablement pas pour me déplaire quand on sait que je vis la nuit. J'ai gardé de mon passé une peau rèche, jaunâtre et brûlée, trop sensible au soleil pour risquer de la laisser affronter ses lumières, même à travers des vitres protégeant des ultra-violets.
Lâchez le chien...! Et il fait des conneries. En moins de temps qu'un battement de paupières, je me retrouvais déjà avec un cadavre sur les bras. Urgh. La sale idée quand on sait que je suis surveillée de partout ici. Rien que l'idée de ma vieille trainassant dans les couloirs me posait problème. Si elle tombait sur moi ? 'Salut m'man ! Ouais j'ai tué un élève. Tu le dis pas à Papa, hein ? haha !'
Non, on va éviter.

Planquer ce cadavre donc.
Un pauvre type que ce gars. Un goût d'humain. J'aime les humains. C'est sympa qu'il y en ait ici car ils doivent être mon type favori. Le sang y est léger, horriblement fade mais le contact de leur peau est si agréable qu'on peut bien leur pardonner ce petit défaut !
Où planquer un cadavre ? Hm ? Hm ? Mais oui la piscine bien sûr ! Je balance le gars, vidé de son sang, avec ces quatre p'tits trous dans son cou, dans la piscine et tout le monde croit à une noyade ! ...Peu probable mais au moins, ça lavera mes empreintes.

Posant le petit gars sur mon épaule, je l'entraine calmement à travers les couloirs, évitant les élèves qui, comme moi, on tendance à suivre des cours de nuit. Je connais l'endroit comme ma poche ! Pas que j'ai forcément de poches, mais j'arrive facilement à repérer les lieux quand j'entre quelque part. Puis je m'en souviens durant des siècles. Mais à Sanada, c'est leur système d''ailes' qui m'a ruinée. Comment voulez-vous, franchement, vous repérer s'ils s'amusent à foutre tous les lieux intéressants dans un coin sans donner de noms sinon 'aile de gauche', 'aile de droite' et 'aile du milieu'. Surtout que comme appellation, c'est affreusement con ! Pourquoi ne pas avoir peint les couloirs, tout simplement, et nommer cette aile... Coin rouge ? 'Trucs intéressants' !
Ils ont aucune imagination.

Je baille, je cherche, je retrouve. Me voici devant une salle de piscine in-éclairé ce qui est tellement cool sachant que j'aurais pu tomber sur un cours de natation et que j'aurais alors eu l'air idiote là, roidie, dans l'entrée, avec mon cadavre sur l'épaule qui commence déjà à puer la misère !
Non, s'il y a piscine pour les nocturnes, ça sera pas tout de suite.
Mais j'aurais très bien pu faire passer le cadavre pour un mannequin de piscine. Je l'aurais jeté au sol... Et me serais barrée !
Mauvaise idée. Très, très mauvaise idée.
Là, ça va, j'ai qu'à balancer le truc dans la flotte et on en parle plus.

Sauf.
Ce gars-là

« Q-qu... C'est qui ?? »
...Petit gars, t'as encore à apprendre. L'être, bercé par toute la fraicheur de la jeunesse, ne réfléchit pas une seule seconde à son comportement. Ses réactions étaient déclenchées par le plus pur réflexe. Qu'aurait-il dû faire ? Ne pas se déclarer. Je l'avais pas capté, en fait.
Maintenant, si.

« Je... Je suis armé ! »

Oh chié. Maintenant qu'il m'a vu, je vais être obligée de le tuer. Je pose le cadavre au sol. Je lui fais mon numéro ? Hmm, faudrait vérifier mon taux de flemme -mais flemme de le vérifier-. Qu'est-ce que je pourrais faire d'autre sinon ? L'égorger comme ça sans attendre ? Hein ? C'est pas amusant du tout.
J'aime jouer avec mes proies. Puis j'ai toujours soif. Je trouverais bien une place pour ce gars... S'il est comestible. Ce coin me fait souvent de sales surprises concernant la comestibilité des sangs. Aucune envie de me retrouver au sol, à gémir et à rendre mes tripes.
Bref.

Je m'approche du gars. Armé ? La belle affaire ! J'ai comme arme mes crocs. Je voudrais voir ce qu'il a de plus intéressant à déclarer.

- Hé, calme. Si tu t'affoles comme ça, tu vas faire une syncope.
Le sang des morts n'est pas comestible.
J'essayais de donner à mon ton le plus de calme possible. Difficile d'y arriver, mais ma nature lymphatique jouait en ma faveur. Ça te prends souvent d'agresser les gens comme ça ? Je suis la pire des hypocrites ! C'est pas moi qui agresse tout ce qui bouge ?
Ma race de Vampires contrôle la télékinésie. Plutôt utile dans cette situation. Sans me retourner, je fermais les portes pour lui couper toute retraite. Elles ne s'ouvriront plus. Un sourire découvrit mes crocs.

C'est vraiment calme, la nuit. Trop calme. [PV ZUNE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [recherche] C'est trop calme
» CRASH || C’est trop calme... j’aime pas trop beaucoup ça... J’préfère quand c’est un peu trop plus moins calme...
» Lewis ∞ C’est trop calme... j’aime pas trop beaucoup ça... J’préfère quand c’est un peu trop plus moins calme...
» C'est trop calme.
» Jeux vraiment trop drole!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orphelinat Sanada :: Le Lycée Attenant :: Aile Gauche :: Piscine Intérieure-